Accessibilité : analyse de l’inconnu… à l’action!

Liste de tags

Dans une conférence d’Yves Hudon, un des créateurs du standard SGQRI 008 sur l’accessibilité Web, nous avons été initiés à la Mise en place des standards SGQRI-008 : comment désamorcer les inquiétudes ($$$) pour l’existant?

Sujet complexe et aux contours encore flous, on navigue vers l’inconnu. Les standards de l’accessibilité en chicotent plus d’un, positivement ou pas. Certains vont de l’avant et d’autres gardent un doute sur leur utilité pratique. Il y en a pour tous les goûts! Loin de moi l’idée d’entrer dans un débat peut-être stérile, je désire plutôt vous faire part de mon voyage vers l’univers du SGQRI 008-01.

SGQRI… Comment?

Tout débute par une présentation brève des exigences par leur nombre de critères, divisées en trois cellules (soit SGQRI 008-001, SGQRI 008-002 et SGQRI 008-003) ayant chacune une date butoir de réalisation. Ensuite, monsieur Hudon n’en crut pas ses yeux : les évaluations budgétaires de l’implantation de l’accessibilité dans le secteur public sont biaisées; beaucoup trop élevées. Ce qui le pousse à se questionner et à présenter sa propre grille de temps comparée entre un projet accessible ou un projet qui ne s’en soucie pas.

Personnellement, je fus plutôt perplexe. Est-ce que l’accessibilité et ses normes ont le dos large? Est-ce dire que certaines firmes souhaitent gonfler le temps alloué à l’accessibilité dans un projet à des fins de profit? Peut-être, mais il ne faudrait pas mettre tous les professionnels du Web dans le même bateau! Malheureusement, les évaluations présentées n’étaient pas bonifiées par des exemples concrets. Or, aucun projet n’est pareil. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec les projets Web, les chiffres présentés avaient l’air véridiques, d’un bout à l’autre. On sait que les normes, aussi pertinentes soient-elles, apportent leur lot de complexité et potentiellement un coût supplémentaire. Pourquoi?

Il n’y a pas à discuter si longtemps : l’inconnu et le manque d’expertise interne font souvent gonfler les évaluations lors de l’implantation de nouvelles approches.

Vous dites?

Lors de la présentation de monsieur Hudon, une question particulièrement intéressante fut soulevée : « Est-ce que vous avez un exemple de site gouvernemental qui est accessible selon les nouvelles normes? ». La réponse fut simple : non. Un ange passa. On ne sait pas réellement les coûts, ni le temps, ni l’expertise réelle qu’il faut pour obtenir un site accessible selon les normes. Et il n’y a aucun site à prendre en exemple.

Un autre débat intéressant concerne les intervenants stratégiques versus ceux de la production. Les stratèges, particulièrement ceux proches du SGQRI 008, sont généralement convaincus que ça ne prend pas plus de temps pour faire un site accessible comparativement à un site non accessible. Ils connaissent les normes pratiquement par coeur et, en général, pensent au long terme et vise un niveau de qualité particulièrement élevé. Les ressources plus proches de la production se soucient davantage de l’obtention de résultats concrets, dans les budgets et les délais prescrits par la clientèle. Je ne dénigre pas les stratèges ni les conseillers, loin de là! Ils sont essentiels à un avancement sain du Web et des communications. Or, l’écart est présent, malgré tout parce que les conseillers connaissent peut-être moins bien l’impact de l’accessibilité dans la production d’un site Web. La stratégie et la production communiquent, mais n’ont définitivement pas le même rôle. Personnellement, mon expérience me confirme qu’il est un peu plus long de faire un site Web accessible. Il ne faut cependant pas sauter au plafond, les coûts supplémentaires peuvent être raisonnables si le projet est adressé à la bonne entreprise. Également, il est généralement plus long d’inclure les normes d’accessibilité sur un site déjà existant que de les intégrer dès le départ. Plusieurs raisons justifient cette analyse :

  • Apprentissage et compréhension du code déjà en place
  • Sémantique en évolution depuis plusieurs années
  • Technologie qui, disons-le, change tous les jours
  • Changement des procédures de production pour introduire l’accessibilité
  • Connaissances de l’accessibilité
  • Validation du fonctionnement de l’accessibilité avec les outils en place


Se simplifier la vie… au final!

Ce qui est certain, c’est que l’inclusion de l’accessibilité ne prend pas le double de temps par rapport à un site Web non accessible. Or, il ne faut pas avoir peur de demander aux entreprises de justifier leurs coûts d’accessibilité si vous les trouvez élevés. Cela va de même pour tous éléments de production d’un site Web. Souvent, le tout sera bien détaillé dans les offres. Aussi, choisissez une équipe qui est déjà expérimentée dans des sites d’envergure différente. Ils seront en mesure de mieux reconnaître la complexité du projet dès le départ. Et surtout, il faut aller vers une entreprise qui favorise l’accessibilité soit par une équipe interne dédiée aux projets accessibles ou par un conseiller en accessibilité à l’interne.

Nous. Ailleurs.

Infolettre