Rangez les armes, sortez les rames

Je travaille dans le Web en intégrant les principes de l’accessibilité depuis 2011. Ces années me permettent de me rendre compte qu’en ce qui a trait à l’accessibilité, il est temps de mettre de côté l’artillerie lourde de la résistance. Sortons les rames! En tant que professionnels du Web, il faudra avancer ensemble pour que notre industrie continue à évoluer. Pour vous aider à comprendre cette constatation : une analogie.

Le wireframing

Le wireframing (fil de fer) est, aujourd’hui, un outil indispensable. À ses débuts, il a pourtant été ostracisé, lui aussi, comme l’accessibilité. Il ne faut pas retourner loin en arrière pour entendre des opinions telles que « Le wireframing, c’est juste un trip de designer », « Ça augmente les coûts et ça n’apporte rien de plus » ou encore « Pourquoi je ferais ça, mon site est parfait comme ça ». Hé oui…

Le fil de fer a pourtant apporté concrètement beaucoup à la création web, mais sa contribution la plus notable est l’obtention en fin de compte d’un produit de plus grande qualité. Il permet aussi, pour ceux qui le désirent, de pousser assez loin l’expérience utilisateur sans consommer inutilement de précieuses heures de design. La comparaison mérite d’être faite : voudrait-on d’un architecte qui ne ferait pas de plans ?

SGQRI 008-01, je suis ton père…

Il faut voir l’accessibilité comme le fils du wireframing. C’est la prochaine génération d’outils de qualité web. Oui, elle est plus difficile à maîtriser que son père, mais elle apporte autant à un projet : structure, finesse et robustesse, meilleur taux de conversion, etc. Malgré cela, souvent, quand on pense à l’accessibilité, on pense rapidement aux espaces de stationnement bleus, aux rampes et aux ascenseurs. C’est juste, mais il est trop facile de simplifier à outrance sans réellement comprendre les enjeux en présence.

Pour parler un peu de théorie, les 4 axes de l’accessibilité visent qu’un site soit perceptible, compréhensible, utilisable et robuste. On pourrait parler indéfiniment des améliorations qui peuvent être faites à ce niveau, mais le développeur en moi veut vous parler concret, alors voici.

Pour les gouvernements

Tout le monde en parle, donc je serai bref. Le standard SGQRI 008-01 a été approuvé et entre en vigueur en 2012. La norme est complexe, mais compréhensible. Je vous suggère de faire appel à des experts qui la maîtrisent pour bien l’implanter dans votre organisation.

La norme n’est pas mathématique et elle attise les passions, c’est normal. Elle est encrée dans l’humain et l’expérience utilisateur, la perception et le souci de bien faire les choses. Pour y arriver, la seule solution qui me vient est de former les intervenants au projet et de partager les connaissances afin d’arriver à la meilleure interprétation possible de la norme pour chaque site.

Pour les autres (et ça en fait pas mal !)

Même si vous n’êtes pas assujetti au SGQRI 008-01, l’accessibilité est un must.

Carrément.

Vous aurez accès à de nouvelles clientèles, votre site sera agréable sur toutes les plateformes (mobiles, tablettes, lecteurs de livres numériques, netbooks, écrans de télévision, etc.) et faire affaire avec des gens qui connaissent et appliquent les principes d’accessibilité, c’est s’assurer globalement d’obtenir un produit de plus haute qualité.

Vu sous cet angle, se battre contre l’accessibilité est un peu comme être contre les rampes dans un hôpital parce que ça demande des modifications au plan d’architecture. Ça s’est vu… autrefois… mais de nos jours, ça aurait l’air de quoi ? Dans 5 ans, l’idée de remettre en questions les objectifs d’accessibilité risque fort d’être impensable.

Pour poursuivre dans l’analogie, les entrepreneurs qui ne construisent pas encore d’hôpitaux accessibles vont augmenter leur prix pour en faire, parce qu’il y a beaucoup d’inconnus. Ils vont donc être momentanément plus dispendieux, mais ils vont produire un bâtiment accessible et en général de plus grande qualité. Au fil des ans, les bonnes pratiques vont se garder et passer dans les habitudes de travail.

Choisissez votre rame

Je ne suis pas un évangéliste ni un converti. Je suis un professionnel dans la réalisation de sites web qui veut faire avancer son domaine. Je vous invite donc, tous, à choisir la rame qui vous convient le mieux et à embarquer dans le bateau, avec moi ;) (analogie moyenne, j’en conviens).

Le plus difficile est encore de donner la première poussée… ensuite, on peut se laisser porter par le courant.

Nous. Ailleurs.

Infolettre